Aller au menu principal
CSSS d'Antoine-Labelle
Accueil  >  Épisode 9

Épisode 9

Antoine et Gabriel se confient

Antoine accompagne son ami Gabriel au corridor, car celui-ci prend une marche avec sa hanche neuve « Ce n’est pas évident de vieillir mon ami » dit Antoine en voyant son ami pousser sa marchette devant lui.

« Tu sais Antoine, je me sens beaucoup mieux depuis 2 jours et le chirurgien orthopédiste m’avait prévenu que j’aurais besoin de temps pour récupérer toutes mes fonctions. Depuis l’opération, j’ai des problèmes avec ma vessie. Au début j’avais une sonde qu’ils ont dû me réinstaller à 2 reprises, car ma vessie ne fonctionnait pas. Maintenant que je suis parvenu à me débarrasser de la sonde, c’est la nuit que j’ai des problèmes! »

« Quel genre de problèmes Gabriel? » lui demande Antoine

« Ça me prend tellement de temps à me lever la nuit qu’il m’arrive de ne pas avoir le temps de me rendre. C’est arrivé la nuit passée et ça me fâche vraiment! » lui répond Gabriel.

« Si tu savais comment je te comprends, car moi, depuis mon opération pour la prostate, il m’arrive à l’occasion d’avoir des incontinences. Je trouve cela très gênant, surtout quand je suis à l’extérieur de chez moi. Il semble que les femmes en vieillissant ont aussi des préoccupations du même ordre »

« J’ai demandé au préposé si je pouvais mettre une culotte d’incontinence pour la nuit lorsqu’on m’a retiré ma sonde urinaire et il m’a dit en avoir discuté avec mon infirmière. Elle lui a dit qu’il était préférable que je tente de me rendre à la salle de bain. Tout ceci dans le but de favoriser mon autonomie et ma mobilité » dit Gabriel.

« Antoinette et moi avons aussi eu ce genre de conversation avec l’infirmière auxiliaire qui nous apporte nos pilules et elle nous a répondu de façon semblable. Selon elle, les personnes qui ont des culottes d’incontinence perdent leur autonomie beaucoup plus rapidement que celles qui sont dans l’obligation de se lever pour aller uriner. C’est pour cette raison qu’ils n’utilisent presque plus les urinals et les bassines pour la clientèle de notre âge »

« Dans le passé, aussitôt que quelqu’un s’échappait un peu, on lui proposait une culotte et Antoinette m’a dit avoir lu des études qui démontrent que cette pratique fait en sorte que la clientèle âgée de plus de 65 ans est hospitalisée plus longtemps. Ils ont besoin de plus de temps pour récupérer leur autonomie habituelle. »

« Je dois retourner à ma chambre » dit Gabriel. « Mon infirmière va me chercher, car c’est l’heure de mon antibiotique. »

«Ils sont plusieurs à s’occuper de nous. Moi, au début, je ne savais pas trop ce que je pouvais demander, ni à qui le demander et surtout, elles sont toutes habillées de la même façon » ajoute Antoine

«Que veux-tu dire par là? »

« Bien, il y a les préposées aux bénéficiaires qui nous aident pour nous laver, nous déplacer, boire et manger. Il y a les infirmières auxiliaires qui s’occupent surtout de nos médicaments, de nos signes vitaux et de nos pansements et il y a aussi les infirmières qui sont là pour coordonner toutes les actions de l’équipe et même répondre à nos questions plus compliquées. Je pense que ce sont les seules à pouvoir nous donner les médicaments intraveineux. »

« Ce n’est pas tout » renchérit Gabriel « car moi j’ai aussi rencontré une physiothérapeute pour mes exercices ainsi qu’une ergothérapeute qui va évaluer si je peux retourner chez moi et conduire mon auto, une nutritionniste qui m’a suggéré une alimentation sur mesure pour renforcer mes muscles et mes os, sans parler de la travailleuse sociale qui vient me voir régulièrement pour préparer ma sortie de l’hôpital. »

« Tu oublies le médecin et le pharmacien, qui, de concert, décident de notre médication »

« Quand je suis arrivé l’infirmière qui m’a évalué m’a dit que si j’avais des problèmes particuliers, elle ou le médecin pourrait faire appel à toute une équipe de professionnels, ça doit être eux. »

« Sais-tu Antoine avec tous ces gens qui s’occupent de nous, c’est sûrement que nous sommes rendus pas mal importants !»

« Importants?... mets-en, il y a un petit bonhomme vert qui t’attend à la porte de ta chambre avec ton antibiotique! »

 Écoutez la chronique du Dre Suzanne Lebel pour en savoir plus sur l'incontinence urinaire. (3.5 Mo)

Dernière mise à jour le : 07 janvier 2013


© Gouvernement du Québec 2017