Aller au menu principal
CSSS d'Antoine-Labelle
Accueil  >  Épisode 4

Épisode 4

Antoine et Antoinette s’inquiètent pour un ami

Il est 10h15. Antoine retourne à sa chambre avec empressement pour raconter à Antoinette ce qui arrive à son ami, Gabriel Desmarais, hospitalisé il y a 2 jours dans une chambre voisine.

« Antoinette, je viens de rencontrer mon amie Rose Lafleur, la femme de Gabriel de la chambre 223. Elle était dans tous ses états car cette nuit le personnel infirmier a été obligé d’installer des contentions à Gabriel. Il semble avoir perdu la tête. Il a arraché toutes ses tubulures, il n’a pas fermé l’œil de la nuit et, ce matin, il s’en est pris au physiothérapeute. » En reprenant son souffle il ajoute « pourtant hier il semblait très bien. »

Antoinette, secouée, essaie de calmer un peu son ami et lui demande : «  C’est Rose qui t’a raconté tout ça ? »

«  Oui, elle m’a même dit que Gabriel croyait voir des serpents dans sa chambre. Imagine! Et  selon elle, le Dr Beaulieu croit que Gabriel est aux prises avec un délirium qui pourrait avoir plusieurs causes. »  Antoine poursuit, « Il lui a demandé d’apporter des choses que Gabriel aime pour qu’il puisse se reconnaître un peu dans son environnement…elle partait pour aller chercher des photos et les bâtons de hockey de Gabriel pour l’apaiser un peu. »

Antoinette n’en croyait pas ses oreilles.

« Ses bâtons de hockey » dit-elle avec étonnement.

Plus tard en soirée, nos deux amis profitent d’une petite marche ensemble au corridor pour rendre visite à Gabriel. Rose a transformé la chambre avec des trophées gagnés par Gabriel et des photos de sa famille. Le visage de Rose s’illumine un peu à la vue de ses deux amis.

« Ils lui ont donné des calmants de façon à pouvoir lui retirer ses contentions, mais il me reconnaît à peine, malgré que ça fait presque 60 ans que nous sommes ensemble. »

Définitivement heureuse de pouvoir partager sa détresse devant l’état de son conjoint, elle poursuit «  cet après-midi, j’ai eu une bonne conversation avec l’infirmière et elle m’a expliqué que le médecin va faire une vérification spécifique des facteurs qui peuvent causer ce qu’ils appellent le délirium. » Sur ce, elle sort un papier sur lequel elle avait noté : la déshydratation, la dénutrition, un fécalome, une infection urinaire ou pulmonaire, une hypo ou hyperglycémie, de la douleur aiguë et la médication en cours ou en sevrage.

« Ouais, c’est compliqué! » dit Antoine « Je ne pensais pas qu’on pouvait avoir de tels problèmes à l’hôpital. »

« Dans le cas de Gabriel, ils ont une idée de la cause? » demande Antoinette

« Pas encore, mais de le voir détaché et plus paisible, ça m’encourage. Le docteur m’a dit que ça pouvait prendre quelques jours avant qu’il reprenne ses esprits. Par contre, j’ai vu sur Internet ce midi que certaines personnes gardaient des séquelles permanentes suite à un épisode de délirium… ça m’inquiète. » dit-elle en se blottissant en larmes contre Antoine qui, impuissant, retenait ses larmes en voyant ses amis confrontés à cette réalité.

« Je connais Gabriel depuis toujours, il est fait fort et il va surmonter cet événement. Il sait que tu es près de lui pour le supporter. » lui dit Antoine pour la réconforter.

« Il est entre bonnes mains. Ils vont trouver ce qui ne va pas. » renchérit Antoinette

En soirée, les trois amis furent dérangés par l’arrivée du médecin qui vient constater, avant de quitter l’hôpital, l’amélioration de l’état de Gabriel rapporté par les infirmières.

« Nous allons te laisser avec le docteur et retourner à notre chambre car les infirmières doivent être sur le point d’apporter la médication de la soirée. » dit Antoinette

« C’est triste » dit Antoine en retournant vers la chambre

« C’est triste, mais c’est beau de voir comment ils s’aiment encore après si longtemps » mentionne Antoinette avec émotion et nostalgie.

 À suivre...

 Écoutez la chronique du Dre Suzanne Lebel pour en savoir plus sur le délirium (5.3 Mo)

 

 

Dernière mise à jour le : 07 janvier 2013


© Gouvernement du Québec 2017